Sortir de sa zone de confort

DSC03494.jpg

Faut-il innover plutôt qu’inventer ? C’était le thème de l’émission Du grain à moudre sur France Culture hier soir, et plus largement, la discussion a porté sur l’impact de la révolution numérique sur nos modes de travail.

Tout cela m’intéresse beaucoup, d’abord parce que cela vient me bousculer dans ma vie professionnelle : on le sait, les librairies sont menacées à la fois par l’expansion d’Amazon et par l’arrivée du livre numérique. Pourtant, alors que certains de mes confrères s’inquiètent de leur avenir, je reste confiant et optimiste. Non pas du fait d’une fascination béate pour une technologie nouvelle, mais parce que nous sommes à la naissance d’un bouleversement, qui certes ne sera pas sans conséquence, mais qui implique aussi de tout réinventer. Et plutôt que de m’arcbouter sur des acquis et des méthodes devenus obsolètes, je préfère être dans l’innovation.

Cela m’intéresse aussi parce que je sens profondément qu’il y a quelque chose à bâtir, qui mêle à la fois l’invention et la création : le contenant à besoin de contenus, mais je crois qu’il reste à imaginer une façon de créer ensemble. Je suis attentif à ces incubateurs de start-up que l’on voit fleurir aujourd’hui, qui permettent à de jeunes entrepreneurs de travailler côte à côte. Il me semble que ce modèle peut très bien intégrer la création artistique, et produire des projets inédits, capable de « réenchanter le monde », pour reprendre une expression entendue dans l’émission de France Culture.
Dans les années 90, l’émergence des nouvelles technologies à conduit au développement de nouvelles formes managériales regroupées sous l’appellation Lean, d’abord appliquées dans le cadre de l’organisation de la production, puis, par contamination, à tous les services de l’entreprise. Développement de la valeur ajoutée, mise en commun des talents, remise en cause des vieux principes hiérarchiques, veille technologique : c’est ce qu’on appelle l’entreprise agile.
Agiles, nous devons l’être aussi, sans arrêt sur la brèche, à l’écoute du monde, capable de nous regrouper ponctuellement pour développer un projet, tout en gardant notre autonomie, notre liberté d’action.
Oui, le monde qui vient porte en lui de réelles menaces, et des entreprises tentaculaires tentent de prendre le pouvoir et se mènent une lutte sans merci dont nous sommes les victimes collatérales. À notre échelle pourtant, nous sommes libres, libres d’entreprendre et de créer, libres même de reprendre à notre compte les armes du système pour les retourner contre lui. Mais pour cela, il nous faut apprendre à nager entre les mailles du filet : voler comme le papillon et piquer comme l’abeille, disait Mohammed Ali.

J’entends combien tout cela peut-être sources d’inquiétudes, et même proprement anxiogène. Mais c’est aussi riche de belles perspectives.
Aujourd’hui, le crowdfounding a montré qu’il est possible de financer un projet en se passant des intermédiaires habituels. Les outils numériques nous ouvrent des possibilités de création et de diffusion inimaginables il y a encore quelques années.
Il n’appartient qu’à nous d’en tirer enfin profit.

Licence Creative Commons
Photo : Gare de Barcelone-Sants, juin 2014

2 réflexions sur “Sortir de sa zone de confort

  1. Auditrice assidue de France Culture, je n’ai toutefois pas entendu l’émission citée dans le « post ». Aussi, je me suis penchée sur la différence qu’il y a entre innovation et invention. Ce n’était pas très clair pour moi et me semblait être la même chose. Merci de m’avoir éclairée !
    Si l’évolution du numérique semble constituer une menace pour les librairies, l’inculture ambiante et le manque d’intérêt pour la réflexion me paraissent autrement plus dangereux.
    Je ne connais rien au management mais oui il faut tout tenter (le crowdfounding pourquoi pas) pour permettre de maintenir en place de petites librairies indépendantes avec de vrais libraires qui lisent et qui sont capables de vous transmettre leurs coups de cœur.
    Bravo pour la photo, c’est un joli dedans-dehors, beaux contrastes 🙂

  2. Entièrement d’accord : le vrai danger, c’est le manque de curiosité, l’absence de repères, l’abrutissement télévisuel déversé quotidiennement par les chaines de la TNT, le sensationnalisme et l’urgence proclamée des chaines infos. À côté de ça, les libraires ne sont pas exempts de tout reproche : prendre de haut celui qui vient demander le dernier Levy, c’est scier la branche sur laquelle on est assis, et c’est manquer d’humilité ; c’est pour moi l’autre face de la même médaille.
    La deuxième partie de mon article ne traitait pas des librairies, mais de comment les auteurs devraient investir le numérique, se l’approprier et l’utiliser comme outil de création. Sortir de l’obsession pour l’objet livre et imaginer autre chose, quelque chose de radicalement nouveau.
    Cela dit, il me semble que des librairies ont déjà fait appel au crowdfunding, et plutôt avec succès.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s