De l’Internet, du web et des réseaux sociaux

De même que l’on confond trop souvent le web avec Internet, on confond aujourd’hui les réseaux sociaux et le web, abandonnant chaque jour un peu plus la promesse utopique des débuts, au profit d’un idéal ultra libéral aveugle et froid.
Désœuvrés, nous nous laissons mettre au poignet des montres connectées qui sondent nos corps et nous emprisonnent et, tout en réclamant notre droit à la liberté, nous installons dans nos salons des appareils-espions qui enregistrent jusqu’aux plus intimes de nos conversations, avec la seule promesse, terrifiante, d’un jour devancer nos désirs.
Ce jour-là venu — demain, déjà —, nous ne saurons même plus si nos achats compulsifs correspondent réellement à des pulsions sincères à venir ou à une simple manipulation de nos cellules responsives.
Gavés malgré nous comme des oies malades, transformés en rat de laboratoire, il ne nous restera plus qu’à attendre, terrifiés, de mourir, sans plus de libre arbitre, condamnés à une insatisfaction permanente savamment orchestrée par d’artificielles intelligences insensibles à notre condition humaine, programmées pour nous abreuver d’un flux continu de médiocrité.


Photo : usine en friche, Longueville.

Je me prépare pour la longue nuit

Ce qui vient nous fait peur, mais dis-toi qu’au milieu du chaos, tout redevient possible.

Il faut te réinventer pour un nouvel âge d’or.

C’est ton travail de rassembler et d’absorber des choses.


Une photo, un rêve, un oracle : l’hexagramme de l’astro pop !

Philippe Sollers — Le nouveau

D’un autre coup d’oeil, vous plongez dans l’océan cinéma-télé dans sa rage de publicité, et vous étudiez la façon dont le moindre clip se fabrique. Vos plans préférés sont ceux des hommes et des femmes-troncs, chargés de réciter, en boucle, l’information. Quelle usine trépidante où tout se vaut sans rien valoir ! Vous recevez des ordres d’achats et d’émotions. Éteignez tout ça, et ne répondez plus à aucun message. Votre silence actif vous occupe immédiatement, il est chez vous comme chez lui. L’océan médiatique est néantisé, il ne demandait qu’à s’auto-détruire. La Société, et c’est très beau, n’en finit pas de se suicider.

Philippe Sollers (c) Thierry Dudoit/L’Express

« Ce livre est un roman » nous dit Sollers, et c’est d’ailleurs écrit sur la couverture. Promenade littéraire plutôt. Ou récit intime. Sollers, qui pour le coup n’est pas un nouveau venu, convoque ici le souvenir de son enfance bordelaise, Henri, son arrière-grand-père marin, propriétaire d’un bateau baptisé Le Nouveau, et sa femme Edna, flamboyante irlandaise, qui vont côtoyer au fil des pages un dénommé Shakespeare, figure invitée et centrale, sous l’œil inquisiteur de Freud. Passent Joyce, Rimbaud, Proust, beaucoup d’autres. C’est brillant, érudit, et, chose moins fréquente chez Sollers, touchant. L’âge, sans doute. Comme une urgence.

Le nouveau, de Philippe Sollers est publié aux éditions Gallimard. Vous pouvez le commander en ligne ici.


Philippe Sollers — LE NOUVEAU : un film de G.K.Galabov et Sophie Zhang



Cet article a paru dans le Midi Libre daté du dimanche 7 juillet 2019.

Souviens-toi quand tu bégayais

Il y a des livres sans poids aucun et des phrases plus lourdes que des montagnes.

Il y a des vies qui pèsent, et des mots qui pèsent plus qu’une vie.

Tout le monde souffre, c’est comme ça. Va et vis ta vie : une vie d’infinis.


Une photo, un rêve, un oracle : l’hexagramme de l’astro pop !

Le jour sous pression

Te souviens-tu du poème ? Un éclair soudain illuminait ta nuit

Des enfants passaient allumant des fumigènes pour subvertir toute illusion

Si nécessaire, tu peux mettre à jour tes préférences ou te désabonner d’une vie sans relief.


Une photo, un rêve, un oracle : l’hexagramme de l’astro pop !

Paysage brouillard

Levé tôt. Depuis la terrasse, le paysage voilé par le brouillard, comme un cadeau. Température plus clémente, presque fraîche, pour quelques minutes encore. Le café, fort et chaud. Le Monde dans mes mains, les titres de la nuit. Des projets plein la tête, marquer la distance. Les vacances commencent aujourd’hui.

La nature résiste

Tâche de passer inaperçu, immerge-toi dans le bain d’ombre

Tout est une question d’intimité : un mouvement de soi à travers une pensée, un flux continu, une alchimie merveilleuse.

Il est des hommes qui prennent plaisir aux holocaustes. Ne deviens pas de ceux-là.


Une photo, un rêve, un oracle : l’hexagramme de l’astro pop !