Vent et tonnerre

En haut le vent
En bas le tonnerre

S’affranchir de principes trop rigides permet de se ressourcer.
Se ressourcer requiert la diminution de ce qui se trouve en excès.
Les évènements négatifs peuvent ne pas poser problème quand on est en position de force.

Les conditions de la réussite ne sont pas encore réunies. Sois patient et flexible. Cultive la mesure. Conserve ton énergie et assemble les choses.
Sois attentif aux détails, avance avec modération. Adapte-toi aux influences externes, sans jamais fléchir : ne garde qu’un élément de chaque chose.


Une photo, un rêve, un oracle : l’hexagramme de l’astro pop.

Basic human emotions (regarder Rothko)

I’m interested only in expressing basic human emotions — tragedy, ecstasy, doom, and so on — and the fact that lots of people break down and cry when confronted with my pictures shows that I communicate those basic human emotions… The people who weep before my pictures are having the same religious experience I had when I painted them. And if you, as you say, are moved only by their color relationships, then you miss the point! »

La seule chose qui m’intéresse, c’est exprimer des émotions humaines fondamentales – la tragédie, l’extase, la fatalité, etc. – et le fait que beaucoup de gens s’effondrent et pleurent devant mes tableaux prouve que je sais communiquer ces émotions humaines fondamentales … Les personnes qui pleurent devant mes tableaux font la même expérience mystique que moi au moment de les peindre. Et si, comme vous le dites, vous n’êtes émus que par les relations de couleurs dans mes peintures, alors c’est que vous êtes passé à côté de l’essentiel ! »

 

Lundi 6 août 2018, 6h33, Santa Monica
(…) nous voilà enfin à Los Angeles. Dix heures passées serrés dans un siège, et on réalise que les années passent et nos corps vieillissent. Le temps de franchir les douanes, de récupérer nos valises, la voiture de location, et nous sommes à notre hôtel à 22h, heure locale, hier soir. Nous sortons presque aussitôt, et nous voilà bientôt les pieds dans l’eau sur la plage de Palisades Park.

Mardi 7 août, 8h30
Ballade hier downtown. Parti vers 9h30 en empruntant la ligne Expo/Metro. Nous traversons le fashion district, passant devant des boutiques qui raviraient les sapeurs (*). Des trucs sympas, élégants, excentriques et kitchs. On s’arrête et je discute un moment avec un vendeur, de tout et de rien. Puis Broadway sous une chaleur accablante, jusqu’au MoCA. Expo Brassaï / Goldin / Arbus : plutôt intéressant de regrouper ces trois-là ainsi. Je ne suis pas un grand fan de Nan Goldin, et pourtant, je suis scotché par la beauté de certains clichés. Et puis, ce sont les années 80 qui défilent devant son objectif, avec Jarmush, Haring et Warhol en invités surprises.
Le reste du musée est tout aussi intéressant, l’occasion de faire quelques photos, notamment dans la salle des Rothko, où le conservateur, son assistant et un photographe documentaient les toiles.
Mise en abime. Photographier le photographe qui fixe sur pellicule la toile peinte par Rothko. Basic human emotions : émotions humaines fondamentales. Expérience mystique. Communion. Tous ensemble absorbés par la majesté de l’oeuvre. Parce qu’il est profondément humain, l’art, à cet instant, est tout ce qui compte.


(*) les sapeurs : membres de la SAPE, la société des ambianceurs et des personnes élégantes.

Photo : au Museum of Contemporary Art, Los Angeles, Californie — lundi 6 août 2018
Citation : Mark Rothko, propos recueillis par Selden Rodman pour son livre Conversations with artists
Tableau de Mark Rothko, No.61 ( Rust and Blue ) [ Brown Blue, Brown on Blue ], 1953. 294 x 232.4 cm © Kate Rothko Prizel and Christopher Rothko/DACS 2019

Le petit homme aux grand pieds et le trou noir de la galaxie M87

Fossiles de dents, fémur, os du pied et de la main découverts dans la grotte de Callao aux Philippines et attribués à une nouvelle espèces, « Homo luzonensis ». © Callao Cave Archeology project et © Nature

Un petit homme aux grands pieds, vieux de 67 000 ans. La première image d’un trou noir, distant de 53 millions d’années-lumière, situé dans la galaxie géante M87.
Histoire de remettre un peu en perspective ce qui occupe chaque jour l’actualité, deux informations scientifiques majeures révélées hier, l’une qui nous emmène loin dans le temps, l’autre, aussi loin, mais dans l’espace.

Aux Philippines, des fossiles datés de 50 000 à plus de 67 000 ans sont découverts dans une grotte de l’île de Luçon, et voici « Homo luzonensis ». À 53 millions d’années-lumière de votre canapé, une tâche sombre au milieu d’un disque orange : pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, nous contemplons la silhouette d’un trou noir supermassif.

Mais au fait, comment on observe un trou noir ? Grâce à l’interférométrie à très longue base, bien sûr. Les explications ici : https://www.lemonde.fr/sciences/article/2019/04/10/la-premiere-photo-d-un-trou-noir-publiee-par-un-consortium-scientifique-international_5448397_1650684.html

L’« homme de Callao », une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines: c’est à lire ici : https://www.lemonde.fr/sciences/article/2019/04/10/l-homme-de-callao-une-nouvelle-espece-humaine-decouverte-aux-philippines_5448515_1650684.html

Moon Knight — From the dead


Voilà une éternité que je n’ai pas écrit sur les comics. C’est que, tout en gardant une affection particulière pour le genre, je n’en lis plus beaucoup. Seulement, depuis quelques semaines, je suis pris d’une frénésie de rangement et de tri. Une envie de faire le vide, vraiment, pour ne garder que l’essentiel (enfin, l’essentiel, et un petit peu plus que ça, disons).
Bref, des livres remontent à la surface, que j’avais plus ou moins oubliés. Ainsi de ce Moon Knight de 2014, écrit par Warren Ellis et illustré par Declan Shalvey. Calé dans un fauteuil, une tasse de thé brûlant à portée de main tandis que la pluie battait le carreau, je l’ai lu cet après-midi même.

Shalvey n’est pas le genre de dessinateur à en mettre plein les mirettes, mais son style tout en finesse sert très bien le scénario élaboré par Ellis. Rien de renversant ici : Moon Knight est un personnage mineur de l’écurie Marvel, qui eut son quart d’heure de gloire dans les années 80. Une sorte de Batman mâtiné de Doctor Strange, si l’on veut. Pour ce « reboot », Ellis ne s’attarde pas trop à réécrire la genèse du bonhomme, et nous plonge directement dans le feu de l’action, avec six histoires très noires qui peuvent se lire indépendamment.
Ça n’est pas Ellis à son meilleur, mais c’est sacrément intéressant à étudier tout de même. Le scénariste anglais fait montre d’une belle maîtrise de la narration et des dialogues (on m’opposera, non sans raison, qu’Ellis écrit toujours la même histoire, et toujours de la même façon), et surtout de belles idées de mises en page, qui, jamais gratuites, sont toujours au service de l’histoire. Les deuxième et quatrième récits sont, de ce point de vue, de vraies réussites.

Ellis ne s’investit plus depuis longtemps dans les travaux de commande, et celui-là en est un, mais il ne floue jamais son lecteur pour autant. Avec son Moon Knight, il nous offre un moment de lecture agréable et intelligent, qui vaut moins pour le récit lui-même que pour sa construction.


Mais au fait, ça parle de quoi, ce Moon Knight ? Pour les plus curieux, la présentation, tout en finesse, qu’en fait l’éditeur :

Marc Spector is Moon Knight! Or is he? It’s hard to tell these days, especially when New York’s wildest vigilante protects the street with two-fisted justice and three – that’s right, count ’em – three different personalities! But even with the mystical force of Egyptian moongod Khonshu fueling his crusade, how does the night’s greatest detective save a city that’s as twisted as he is? The road to victory is going to hurt. A lot. Be here as Moon Knight punches ghosts(!), investigates a sleep experiment that’s driving its patients insane, travels to the mushroom graveyard planet(!!), and takes on twenty mob enforcers to save an abductee…alone. Marvel’s most mind-bending adventure begins now as Moon Knight sleuths his way to the rotten core of New York’s most bizarre mysteries!

Tu as pris l’internet cette semaine ?

Je lisais un article en ligne ce matin, et je suis tombé sur cette phrase : « If you’ve been on the internet this week… »
Nous, nous disons familièrement : « si tu as été sur internet cette semaine… », mais les anglophones disent « si tu as été sur l’internet… », comme ils diraient « If you’ve been on the train this week », soit : « si tu as pris le train cette semaine ».
Et sans doute que c’est comme ça qu’il faudrait voir désormais internet, comme une sorte de transport en commun, un lieu tiers impersonnel, où l’on croise des visages plus ou moins familiers — rarement des proches —, et qui nous accompagnent le temps d’un trajet, que ce trajet soit dans l’espace ou le temps.
Un trajet, mais en aucun cas une destination.


Source image : https://www2.telegeography.com/global-internet-map

Étoiles d’encre n°77/78 : La Cité

En librairie le 29 mars 2019, le nouveau numéro de la revue Étoiles d’encre s’articule autour du thème « la cité ».
J’y publie une photo, en illustration d’un très beau texte de mon amie Françoise Renaud.

Étoiles d’encre est diffusée et distribuée en librairie par Difpop/Pollen.

Voici la présentation qu’en donne la maison d’édition :

En choisissant ce thème sur la Cité, nous pensions simplement à des lieux où habiter, où être, des lieux comme d’ultimes demeures sous le soleil. Des lieux qui s’épanchent vers le ciel. Des lieux qui, ballottés par le temps immuable ou éphémère, accueillent nos subjectivités, nos rêves, nos corps et nos cœurs. De lieux que nous savions porteurs de stigmates et de rayonnement, des lieux qui, par cela-même, ressemblent à la vie.
Depuis les fabuleuses Cités de Mésopotamie et d’Égypte qui furent les premières — ou les premières parmi les premières — à connaître l’écriture et les modes de vie les plus raffinés, jusqu’à notre moderne et superbe Paris (et son Île de la Cité), qui a magnétisé tant d’artistes, accueilli et protégé tant d’œuvres, les Villes-Cités n’ont jamais cessé, partout dans le monde, de nous léguer un radieux témoignage de la force, de l’éternité de la création. Elles racontent ce que nous sommes.
Et aujourd’hui il ne nous était pas possible de ne pas évoquer les cités algériennes sur lesquelles souffle enfin un vent de liberté.

Edgar Morin nous parle longuement et avec son langage savoureux de son vécu dans le quartier du Marais à Paris, un quartier où il faisait bon vivre dans les années soixante entre petites gens et artistes, avant l’arrivée des promoteurs. Il nous raconte son désir d’un monde meilleur, plus écologique et plus égalitaire, ses recherches sur une voie qui serait une alternative au libéralisme insatiable.

Étoiles d’encre a invité deux artistes d’Algérie pour ce thème. Ryma Rezaiguia qui mène en parallèle son activité d’architecte et celle de plasticienne et Lamine Sakri dont la pratique artistique est tournée vers l’exploration de l’humain, son être et son environnement.

Ce que cela coûte – W.C. Heinz

Dès l’instant où je sortis du taxi et mis le pied sur le trottoir, je perçus la tension qui planait sur la foule aux abord du Garden. Invisible, impalpable, intangible mais omniprésente, fragile mais aliénante, je l’avais déjà ressentie dans une compagnie d’infanterie juste avant un assaut, dans le public présent lors d’une exécution, au tribunal avant un verdict et chez les proches d’un mourant à l’agonie. Cette fois, elle s’était abattue sur ces gens qui erraient sur les trottoirs et ces autres, les visages aux aguets, noirs et blancs, qui faisaient la queue pour des places en tribunes. Elle était aussi tombée sur le flic à cheval qui longeait le trottoir, et étouffait les sons en un murmure sourd que seuls venaient briser par intermittence les coups de sifflet de la police et les klaxons, caractéristiques des rencontres de boxe.

— Wilfred Charle Heinz

On dit de la boxe que c’est le noble art. La littérature a aussi ses lettres de noblesse, et si la « narrative non-fiction » (du journalisme écrit comme un roman) est à la mode ces temps-ci, le genre est né aux USA dans les années 50.
Ce que cela coûte est sorti aux USA en 1958. Le boxeur Eddie Brown se prépare à combattre ce qui sera le match de sa vie. Un journaliste, Frank Hughes, le suit dans les jours qui précèdent le combat, attentif au moindre détail. Voilà pour l’histoire, servie par une écriture sèche, un style impeccable.

Un livre aussi puissant qu’un uppercut, et selon Hemingway : « le seul bon roman à propos d’un boxeur que j’ai lu, et un excellent premier roman tout court ». On ne saurait dire mieux.

Traduit de l’anglais par Emmanuelle et Philippe Aronson, le livre est publié aux éditions Monsieur Toussaint Louverture dans une superbe édition, limitée et numérotée à 5000 exemplaires, et vendue 24€.


Cet article a paru dans le Midi Libre daté du dimanche 17 mars 2019.