L’âge d’or

Aucune influence, aucun éveil soudains ne sont durables.
L’homme pèse les choses et les rend égales. Lorsqu’il s’enfonce dans la forêt, il marche vers son âge d’or.

Au centre de la terre est une montagne. Sur la montagne, un arbre. L’arbre sur la montagne est visible au loin. Le vent qui se lève est doux à l’homme qui marche.

La vie parvient ici à son terme. L’œuvre est achevée.


Une photo, un rêve, un oracle : l’hexagramme de l’astro pop !

Un doigt levé dans les ténèbres

La voisine généreuse était bien disposée, mais lorsque le feu s’éteint, il n’y a plus ni à manger ni à boire. L’art est un combat. Un chemin solitaire. Le cours sombre d’une vie construite sur des charbons ardents.

Parfois, il faut choisir entre le besogneux ou l’esthétique.
La contemplation transforme le sujet observé.
L’épanouissement viendra après la traversée du tourbillon vers où vous conduisent vos pas.

Dans votre prochain rêve, notez vos gestes et l’expression de votre visage.


Une photo, un rêve, un oracle : l’hexagramme de l’astro pop !

Hasard et entropie

Se battre contre l’entropie. Contrer le temps. Empiler des pierres et conjurer le chaos.

Les rêves érotiques n’arrivent pas par hasard.
Le rêve passé représentait les désirs sexuels d’une rêveuse ? Il faudrait se rendormir et la rejoindre pour en avoir le coeur net.
Finalement, votre mérite est peut-être d’ordre moral. Regardez : vous rêvez encore de bonheur.

Des chiffres sont associés au rêve. Vous pouvez jouer ces chiffres, mais vous n’y gagnerez rien.


Une photo, un rêve, un oracle : l’hexagramme de l’astro pop !

Vent et tonnerre

En haut le vent
En bas le tonnerre

S’affranchir de principes trop rigides permet de se ressourcer.
Se ressourcer requiert la diminution de ce qui se trouve en excès.
Les évènements négatifs peuvent ne pas poser problème quand on est en position de force.

Les conditions de la réussite ne sont pas encore réunies. Sois patient et flexible. Cultive la mesure. Conserve ton énergie et assemble les choses.
Sois attentif aux détails, avance avec modération. Adapte-toi aux influences externes, sans jamais fléchir : ne garde qu’un élément de chaque chose.


Une photo, un rêve, un oracle : l’hexagramme de l’astro pop.

Basic human emotions (regarder Rothko)

I’m interested only in expressing basic human emotions — tragedy, ecstasy, doom, and so on — and the fact that lots of people break down and cry when confronted with my pictures shows that I communicate those basic human emotions… The people who weep before my pictures are having the same religious experience I had when I painted them. And if you, as you say, are moved only by their color relationships, then you miss the point! »

La seule chose qui m’intéresse, c’est exprimer des émotions humaines fondamentales – la tragédie, l’extase, la fatalité, etc. – et le fait que beaucoup de gens s’effondrent et pleurent devant mes tableaux prouve que je sais communiquer ces émotions humaines fondamentales … Les personnes qui pleurent devant mes tableaux font la même expérience mystique que moi au moment de les peindre. Et si, comme vous le dites, vous n’êtes émus que par les relations de couleurs dans mes peintures, alors c’est que vous êtes passé à côté de l’essentiel ! »

 

Lundi 6 août 2018, 6h33, Santa Monica
(…) nous voilà enfin à Los Angeles. Dix heures passées serrés dans un siège, et on réalise que les années passent et nos corps vieillissent. Le temps de franchir les douanes, de récupérer nos valises, la voiture de location, et nous sommes à notre hôtel à 22h, heure locale, hier soir. Nous sortons presque aussitôt, et nous voilà bientôt les pieds dans l’eau sur la plage de Palisades Park.

Mardi 7 août, 8h30
Ballade hier downtown. Parti vers 9h30 en empruntant la ligne Expo/Metro. Nous traversons le fashion district, passant devant des boutiques qui raviraient les sapeurs (*). Des trucs sympas, élégants, excentriques et kitchs. On s’arrête et je discute un moment avec un vendeur, de tout et de rien. Puis Broadway sous une chaleur accablante, jusqu’au MoCA. Expo Brassaï / Goldin / Arbus : plutôt intéressant de regrouper ces trois-là ainsi. Je ne suis pas un grand fan de Nan Goldin, et pourtant, je suis scotché par la beauté de certains clichés. Et puis, ce sont les années 80 qui défilent devant son objectif, avec Jarmush, Haring et Warhol en invités surprises.
Le reste du musée est tout aussi intéressant, l’occasion de faire quelques photos, notamment dans la salle des Rothko, où le conservateur, son assistant et un photographe documentaient les toiles.
Mise en abime. Photographier le photographe qui fixe sur pellicule la toile peinte par Rothko. Basic human emotions : émotions humaines fondamentales. Expérience mystique. Communion. Tous ensemble absorbés par la majesté de l’oeuvre. Parce qu’il est profondément humain, l’art, à cet instant, est tout ce qui compte.


(*) les sapeurs : membres de la SAPE, la société des ambianceurs et des personnes élégantes.

Photo : au Museum of Contemporary Art, Los Angeles, Californie — lundi 6 août 2018
Citation : Mark Rothko, propos recueillis par Selden Rodman pour son livre Conversations with artists
Tableau de Mark Rothko, No.61 ( Rust and Blue ) [ Brown Blue, Brown on Blue ], 1953. 294 x 232.4 cm © Kate Rothko Prizel and Christopher Rothko/DACS 2019

Entrez, c’est ouvert !

L’atelier permanent, base arrière et terrain d’essai. Ici, c’est ouvert jour et nuit : vous êtes les bienvenus, come on in !

• Vous y trouverez des textes, des photos, des articles, tout ça consultables à loisir (suivez le menu en en-tête !).

Vous pouvez également vous abonner à ma newsletter🗞 : littérature, photographie, internet et divagations… et c’est gratuit !

• Un auteur ne vit pas que d’amour et d’eau fraîche. Il vit aussi de café ☕️ ! Pour acheter quelques uns de mes livres, et payer les ristrettos, il y a une boutique.

Et aussi :
Instagram – mon appareil Polaroïd
Youtube – mon home studio
Twitter – flux d’informations et relais


Photo : Paris, février 2019

Viva Las Vegas


Las Vegas, 9 août 2018. Soleil de plomb. À midi, il n’y a plus personne dans les rues. Arrive cet homme. Le feu passe au rouge. Je porte l’appareil à mon oeil. Clic-clac. Une seule photo. Parfois, les choses se mettent en place sans effort. Viva Las Vegas !