Tu occupes toute la place

Je suis seul dans la nuit, je me mens à moi-même, je pleure et les larmes ne viennent plus, je me sens vidé, je suis sec, et pourtant toi tu es toujours là en moi : tu occupes toute la place. Tu m’as quitté, mais ton souvenir ne veut pas partir. Où que je me tourne ton image me revient, l’image du bonheur perdu que je reçois comme un train lancé à pleine vitesse, mais je ne meurs pas, non je ne meurs pas et je me traine et j’en crève de ne pas crever.
Je sors et je hurle, je cours jusqu’à ne plus pouvoir avancer et tremblant, en sueur et sans voix, je pleure encore de ne pouvoir t’oublier, de ne pouvoir passer à autre chose.

(fragment d’un texte en cours d’écriture)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s