Couleurs Plossu — Séquences photographiques 1956-2013

plossu-pavillon-populaire-2013-1368803540-29458Bernard Plossu, nous dit wikipedia, est un photographe français né en 1945 à Đà Lạt, sud du Viêt Nam, dont l’essentiel de son travail est constitué de reportages de voyages.
Une exposition est consacrée à ses photographies couleur au Pavillon Populaire à Montpellier, depuis le 28 juin dernier et jusqu’au 6 octobre prochain, et si vous êtes de passage dans le coin, je ne saurais trop vous inciter à aller la visiter. Il n’est rien de dire que Plossu est un photographe déroutant. Je connaissais son travail en noir et blanc, que j’aime beaucoup, mais je n’avais rien vu de ses tirages couleur. L’homme aime à brouiller les pistes, s’occupe peu de technique (du moins, en apparence) et de nombreux clichés ont été pris avec des appareils « jouets » Agfamatic, Instamatic, panoramique Prestinox. Les sujets sont pour la plupart des objets banals du quotidien (un verre, une clé, etc.), mais le regard du photographe leur apporte un éclairage souvent surprenant. Mais surtout, c’est son recours fréquent au tirage couleur mat au charbon Fresson qui m’a le plus impressionné.

En voici le principe, tel que donné par wikipedia, :

Il s’agit d’une application en couleur du tirage au charbon.
Cette méthode, uniquement réalisée sur commande par l’atelier Fresson dans la région parisienne, commence par une décomposition des couleurs de l’image par tirage contact sur des plans films noir et blanc, avec un filtrage RVB qui permet la sélection successive de chacune des trois couleurs complémentaires, et accessoirement des noirs.
Chaque plan film est ensuite tiré par agrandissement sur un papier cartoline préalablement émulsionné avec une couche de pigments sensibilisés, dans l’ordre suivant :
pigments cyan pour le plan film sélectionné sous filtre rouge
pigments jaune pour le plan film sélectionné sous filtre bleu
pigments magenta pour le plan film sélectionné sous filtre vert
pigments noir pour le plan film sélectionné sous filtre dense jaune-vert
Entre chaque tirage, le papier est dépouillé puis séché, puis les pigments de la couleur suivante sont couchés et émulsionnés.
À la fin de cette série de quatre tirages, on obtient une épreuve couleur quadrichrome CMJN (Cyan Magenta Jaune Noir), les couleurs étant obtenues par synthèse soustractive des couleurs. Ce procédé est proche dans son approche des méthodes d’impression quadrichromes du monde de l’édition, ou de l’impression couleur en photographie numérique. La différence essentielle est qu’une succession de tirages remplace l’encrage.

Avec Plossu, on n’est jamais très loin de l’abstraction, voire de l’art contemporain, et si certaines photos interrogent ou laissent perplexe, je suis ressorti du Pavillon populaire incroyablement galvanisé, et avec l’envie de sortir au plus vite mon appareil. Je me suis d’ailleurs amusé à un petit jeu de mise en abime au cours de l’exposition, qui m’a semblé tout à fait dans l’esprit du photographe. Ce sera ce soir mon projet 365.

3 réflexions sur “Couleurs Plossu — Séquences photographiques 1956-2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s