Derrière la porte, le ciel bleu

Parfois, ce ciel bleu que je vois le matin par la fenêtre me semble inaccessible. Parfois, je crois avoir perdu la clé du cadenas qui ouvrirait en grand les portes de ma pensée, libérant les mots qui rempliraient la page.

J’écris, pourtant. Chaque jour, j’écris. Deux heures, le matin, consacrées à l’écriture.
Levé tôt, le café fort, noir, sans sucre. Concentration maximum, seul face à la page blanche. J’écris, j’efface, je réécris. Parfois, deux heures, c’est une phrase. Une seule phrase, chaque mot pesé dix fois. Les jours se suivent, le texte avance, le texte gonfle. Je me prends à rêver d’un flot continu, inépuisable. Je me prends à rêver au temps qui viendrait à ne plus manquer.

No direction home, peut-être, mais un but vers lequel tendre : rien de plus cette semaine, mais, dans les jours qui vont suivre, un retour à Harlem, et une évocation de Gordon Parks.

Et aussi, une participation à une expérience d’écriture partagée, proposée par François Bon à ses abonnés, autour de Kafka et Roland Barthes.

Chaque jour, écrire.

Licence Creative Commons