Souffle #21

Mais voilà, tout doit finir. Un jour tout est fini : les vivants meurent et les souvenirs disparaissent.

Licence Creative Commons

Une photo par jour : #101

Quiet like a wood

* 木のように静か

Licence Creative Commons

S’asseoir dehors (Projet 52 – épisode 8)

 

Il fait beau, alors aller s’asseoir dehors. S’asseoir, de préférence à l’ombre. Il y a des gens autour. Parce qu’il fait beau, tous ont eu la même idée, tous, l’envie de profiter de la chaleur et du soleil, profiter des sièges disposés là et de l’ombre des parasols.
On sort son livre, qui n’est pas un livre, qui n’est pas même une liseuse, mais c’est pareil pour nous. On est sorti pour s’acheter un sandwich à emporter, on pensait rentrer et le manger au bureau, où sont des livres et la liseuse, mais la chaleur est douce sur la peau, on est bien dehors et on s’assoit et on sort son téléphone. Beaucoup à lire de toute façon, des textes sauvegardés pour plus tard, A guide for creative writing de Malt Olbren traduit par François Bon, et on commence à lire et à manger, tout ensemble : nourriture pour le corps et nourriture pour l’esprit. Au début, on a du mal à se concentrer, alors on finit le sandwich et on lit après, mais toujours les bruits autour qui parasitent, un couple qui parle, un téléphone qui sonne, un bébé qui pleure, mais la lecture est forte et on finit par ne plus entendre les bruits et on oublie les gens. On oublie jusqu’au monde tout autour. On est bien, bien dans le livre et bien dans la chaleur de ce début d’été. On finit le texte en cours et on le laisse infuser, on est bien et on voudrait s’allonger. On se déplace, on se met au soleil et on ferme les yeux. Quelques minutes, on se dit. Quelques minutes assis au soleil, les yeux fermés. On sent la fatigue qui commence de nous engourdir, on sent le sommeil qui voudrait nous emporter, mais il y a les bruits et les gens autour. Les yeux fermés, on entend mieux. L’esprit au repos, il nous semble que l’on entend tout. On se prend à se laisser porter par les fragments de conversations que le vent porte jusqu’à nous. On laisse les mots venir, on les laisse nous emporter. On ne cherche pas à faire sens, on se laisse doucement partir avec eux… Il y avait plein de feuilles, je lui ai dit… Sa fille, au fond du jardin… Non mais, apparemment il avait l’air bien… Enfin, c’était leur fille aînée pourtant… On a beau dire… Bienvenue au club, elle a dit… C’est l’époque qui veut ça…. Ils font ce qu’ils veulent, hein… C’est pas possible, tu vois… Ils ont envie de rester… Elle est institutrice… Non mais, en même temps, j’veux dire…
Un sursaut, on reprend conscience, on prend conscience que l’on a dormi, porté par les mots et les bruits, les mots des gens qui s’entrelacent et commencent en nous de raconter une histoire. On resterait bien encore un peu, là, assis au soleil. On se laisserait bien encore dériver un peu vers les rives du sommeil, mais on n’arrivera pas à repartir comme ça, on le sait, et puis le temps a tourné, on a trop chaud et il faut repartir travailler. De toute façon, on doit partir.

Licence Creative Commons

Souffle #19

 

Écrire, c’est voir dans les plus infimes détails la terrible gravité du monde.

Licence Creative Commons

Small talk (Projet 52 – épisode 7)

 

Sortons, dit-elle. Sortons, si tu veux bien. J’ai envie de fumer.
Une fois dehors, elle allume sa cigarette et tire longuement dessus. Il l’observe en silence.

— Pourquoi est-ce que tu me regardes comme ça ? dit-elle.
— J’ai toujours eu envie de toi, dit-il.

Elle sourit. Tu as trop bu, dit-elle. Il dit : autant que toi. J’ai bu autant que toi.
— Tu es marié, dit-elle.
— Et toi tu as quelqu’un, dit-il.
— Oui, quelqu’un que tu as longtemps considéré comme ton meilleur ami, dit-elle.
— C’est peut-être pour ça, dit-il.
— Pour ça quoi ? dit-elle. C’est parce qu’il n’est plus ton ami que tu me dis ça ce soir ?
— Non, dit-il. C’est parce qu’il l’a longtemps été que je n’ai rien dit avant.
— Mmm… Quoi qu’il en soit, j’ai quelqu’un, dit-elle.
— Tu as quelqu’un, mais le fait qu’on ait cette discussion prouve que tu restes ouverte à d’autres propositions.
— On a cette conversation parce que tu as trop bu, dit-elle. On se connaît depuis combien de temps ? 10 ans ?
— Suffisamment longtemps pour ne plus se mentir, tu ne crois pas ? dit-il.
— Assez en tout cas pour que je ne t’envoie pas promener tout de suite, dit-elle. Mais tu te trompes si tu penses que j’ai envie de coucher avec toi.
— C’est toi qui l’as dit, dit-il.
— Dit quoi ?
— C’est toi qui parles de coucher ensemble, dit-il. Moi j’ai seulement dit que j’avais toujours eu envie de toi.
— Tu joues sur les mots, dit-elle, amusée, en le fixant avec un air de défi.
— Surtout quand tu me regardes comme ça, dit-il.
— Eh bien ? dit-elle.
— Quand tu me regardes comme ça, j’ai envie de toi, dit-il.

Elle tend le bras et lui prend la main. Il se penche et l’embrasse. Furtivement, une première fois, puis à nouveau, plus longuement. Après, ils restent un moment assis côte à côte.

— Tu as raison, finit-il par dire : j’ai trop bu.
— Moi aussi j’ai trop bu, dit-elle.
Elle sourit, mais ce sourire ne semble pas être pour lui. Elle sourit comme pour elle-même.
Il baisse les yeux et ne dit rien.

Licence Creative Commons

Souffle #18

la pluie

Voir s’accumuler les cumulus
Entendre gronder le ciel
S’imaginer ailleurs :
N’importe où, oui,
Mais dans tes bras

Licence Creative Commons

Souffle #17

mon corps est meurtri
et mon âme en feu
je veux m’allonger
et sentir sur moi
la pulpe de tes doigts