Un pub, quelque part dans Londres, un soir de janvier 2018

inspiration

Parfois je me réveille au milieu de la nuit et j’ouvre un livre de Matisse, Cézanne ou Sôatsu… » — Saul Leiter

Snow, New York, circa 1960 © Saul Leiter / courtesy Howard Greenberg Gallery, New York

The cornershop

The Cornershop bar, Londres, janvier 2018
Boxpark Shoreditch, Londres, janvier 2018

 

L’Angleterre, c’est ma première histoire d’amour, et c’est mon premier baiser.
Je rencontrais Alison à dix ans, au cours de l’été 1978, dans un camping de Loire Atlantique, et tombais foudroyé, amoureux au premier regard. Alison ne parlait pas français, je bafouillais tout au plus quelques mots d’anglais. Nous communiquions malgré tout, traçant nos noms dans le sable, marchant timidement l’un près de l’autre sur le bord de la plage, main dans la main, deux enfants complices jouant un jeu encore innocent devenu incompréhensible aux adultes. Je partais huit jours plus tard sans avoir pu lui dire adieu. Ce fut un long chagrin d’amour, un bleu à l’âme dont je porte encore l’ecchymose, une blessure profonde devenue douce et qu’on appelle mélancolie ; c’est un *blues* qui ne me quittera plus.
Deborah, je la rencontrais 6 ans plus tard. Nous étions une vingtaine d’adolescents, filles et garçons, en stage d’intégration en vue d’un séjour long à l’étranger. Deborah avait deux ans de plus que moi, et s’apprêtait à rentrer chez elle en Angleterre après trois mois passés en France. Elle avait des rudiments de français, mais s’amusait de mon anglais de pacotille, et je m’escrimais une nuit durant à la faire rire, assis sur les marches de l’escalier conduisant à nos chambres, tâchant de repousser le plus longtemps possible le moment de nous séparer, tenant timidement sa main dans la mienne sans oser encore aller plus loin. Elle riait de mes maladresses et j’aimais son sourire. Enfin, elle se blottit contre moi, et sans plus rien dire, serrés l’un contre l’autre, nous regardâmes le jour se lever. Elle fumait et notre premier baiser échangé à l’aube avait le goût de cendre des matins gris d’automne.

(extrait du livre L’appel de Londres, éditions publie.net)


📸 ces photos vous plaisent ? N’hésitez pas à faire un tour par ma boutique : vous y trouverez des tirages photographiques et la revue/livre-objet mixtape|ミックステープ .
En achetant un livre ou un tirage, vous contribuez au bon fonctionnement du site : hébergement, cloud et café (beaucoup de café ☕☕☕).

Paris, Galerie Saint-Marc, février 2018


📸 cette photo vous plaît ? N’hésitez pas à faire un tour par ma boutique : vous y trouverez des tirages photographiques et la revue/livre-objet mixtape|ミックステープ dont le premier numéro est consacré à Paris.
En achetant un livre ou un tirage, vous contribuez au bon fonctionnement du site : hébergement, cloud et café (beaucoup de café ☕☕☕).

Paris qui s’allume

Voir la nuit qui s’étoile et Paris qui s’allume.
— François Coppée


Paris 13e, mars 2018