Étiquette : Sergio Larrain

  • Renversements et variations

    Il n’y a aucune règle pour une bonne photographie, il y a seulement de bonnes photographies – Ansel Adams J’ai toujours un appareil photographique sur moi. Pour fixer les détails les plus infimes du quotidien. Je règle l’exposition en quelques secondes, en fonction du sujet : la vitesse plus ou moins rapide de l’obturateur, l’ouverture […]

  • Abécédaires des villes : Valparaiso, 1963

    Le rectangle dans la main de Larrain est un rectangle d’or. Il nous donne à voir ce que l’on ne voit pas. Larrain utilisait souvent la verticale pour ses photos, pour jouer avec notre perception. Là, non. Le visage, au premier plan, est celui d’un homme, il est flou. Il est flou, mais on pourrait […]

  • La texture instantanée

    Le monde conventionnel est un paravent, il faut en sortir — quand on photographie. Sergio Larrain, lettre à Sebastian Donoso, son neveu, 1982 La lune qui se reflète en cristaux argentiques sur papier souple photosensible est le signal de la duperie standardisée. Le renoncement facile à la sincérité m’assaille parfois en demi-teintes, mais je résiste […]

  • Écrire la lumière

    « À quoi reconnaître qu’on est arrivé si l’on ne s’arrête jamais ? » fait dire Paul Morand à l’un des personnages de son roman L’homme pressé. Des années, je n’ai fait que courir, incapable de rester longtemps au même endroit, me précipitant d’une ville à l’autre, d’un lieu à un autre, sans jamais pouvoir me fixer ni […]