Londres, un soir de janvier


Londres, Great Eastern Street, le 23 janvier 2018

Rêverie, ô cigare invisible du sage !

30074629341_5a1425da1c_z

Rêverie, ô cigare invisible du sage !
— Victor Hugo


Photo : Montpellier – octobre 2016.

Licence Creative Commons

Not the restroom

28937702280_36ac446817_z

28937743580_72d3ce2399_z


Not the restroom : pas les toilettes
Photo : Paris – août 2016.

Licence Creative Commons

Autoportrait à la piscine

25122609293_5b15cd26e5_z

Parfois, je nage en eaux troubles !

Sinon, le très beau et lumineux numéro zéro de la revue La Piscine est disponible ici.


Photo : Montpellier, devant la piscine olympique Antigone – mars 2016

Licence Creative Commons

La photo est un souvenir échoué

DSC05910.jpg

La photo est un souvenir échoué, balayé par les vents contraires de ma mémoire subjective. Sept ans ont passé, je suis à Londres et je me souviens de Tokyo. Cette photo-là n’a rien à voir, et pourtant. Je ferme les yeux. Einstein on the Beach. La musique de Philip Glass, le rêve se poursuit. La nuit à Londres rappelle la nuit à Tokyo. À Tokyo je sors de l’hôtel, les taxis vert bouteille alignés ont leurs moteurs qui tournent, les chauffeurs aux gants blancs fument en attendant le client, imperturbables. À Londres les taxis sont noirs, ils passent en silence. À Tokyo je marche jusqu’à épuiser la nuit. Je traverse Roppongi, je cours dans la nuit pour rejoindre la tour de Tokyo. En chemin, les vieux qui vont se coucher dans les parcs, les buildings, les lumières, le bruit des pachinkos les néons des combinis la ville de métal et de verre : la nuit à Tokyo, ça n’existe pas, le noir complet n’existe pas, c’est un voile qui tombe sur la ville les vieux s’endorment le voile tombe quelque chose se lève qui occupe la ville, quelque chose autre qui vient occuper la nuit. Tout le voyage, mon appareil photo n’a pris que des photos floues, souvenirs imprécis d’un rêve incertain, photos presque effacées, ombres fondues, images vagues d’un songe vaporeux. Dans la nuit le monorail Yurikamome traverse la baie pour rejoindre l’île d’Odaiba. Je suis debout dans le wagon vide au-dessus du Rainbow bridge le visage collé à la vitre la pluie fine les gouttes glissent sur ma joue de l’autre côté. À Londres il pleut aussi, je marche d’un pas rapide, Londres ou Tokyo, c’est pareil, toujours la nuit je marche. Je cours encore, toujours je cours. Je cours pour me retrouver, mais c’est chaque fois trop tard.


Photo : Londres, octobre 2014
Texte extrait d’un projet en cours d’écriture, provisoirement intitulé L’appel de Londres.


Licence Creative Commons
Flattr this