Les ondes gravitationnelles

24729162690_fe17e1d250_z

Mes grandes mains élastiques fondent sous le regard de ton œil magnétique. Je m’enivre à une vitesse étourdissante de l’électrique infini de tes reins, mais tu n’es jamais précisément là dans la bascule de nos vies accélérées, et c’est à peine si tu te souviens de la courbure du temps.
Je marche principalement par oscillations, englué à ta surface, dans la noirceur des productions de masse. Le vide, pareil à une onde de folie changeante, me rappelle les fantasmes qu’on nous fournissait jadis.

Nous mourrons de voyeurisme, sans jamais voir la source du soleil. Je tiens le diable fermement par les hanches, le contraignant à un baiser mortel : la physique éphémère de nos existences est le prix relatif à payer.


Photo : Garage à l’abandon, Saint-Hippolyte-du-Fort — février 2016

Licence Creative Commons
Flattr this

Baby, you can drive my car !

15968285190_fe5ff38970_o.jpg

15969520949_e3595be514_o.jpg

16129793796_f66a0ab149_o.jpg

Moi, le froid, l’hiver, j’aime ça. Ma voiture un peu moins, elle s’enrhume, tousse, rien n’y fait, et voilà, hier matin, elle ne démarre plus. Un coup de pinces, et c’est assez pour relancer la machine et rouler jusqu’au garage, mais guère plus loin. Le 31 décembre, le garagiste, lui, ne chôme pas. Il me dit de l’attendre, il revient, une autre intervention, je reste dans le garage, je tourne et prends quelques photos. Le chien me connaît, depuis le temps. Il se frotte avant de s’éloigner doucement. Le vieux B. est là aussi, il me dit qu’il préfère laisser faire son fils, ma voiture il faut régler l’ordinateur, je ne sais pas si c’est un ordinateur, mais pour lui c’est pareil, c’est de l’électronique pareil, et c’est la bonne vieille mécanique qu’il aime. Un autre de son âge s’amène, un vieux paysan d’origine marocaine et ces deux-là se connaissent bien, bientôt ils sont tous les deux jusqu’au cou dans un moteur, pour le plaisir. Ils parlent, tantôt ils rient, tantôt ils sont graves. Le vieux Gérard est mort hier soir, ils disent. Il laisse deux tracteurs. C’est triste, deux bonnes machines et personne pour les reprendre.
Le fils revient, s’affaire sur ma voiture. Le diagnostic est sans appel. Rapport de test, batterie HS. Le dernier jour de l’année, la batterie est à plat. Je le sentais ces derniers jours, j’avais du mal à l’allumage. Mais moi, les pièces peuvent être hors d’usage, on ne les trouve plus. La voiture, on déleste le compte en banque et ça repart. S’alléger pour mieux repartir, mû par une énergie nouvelle : finir l’année avec une fable moraliste.

Le vieux marocain nous salue et s’éloigne. Ma voiture roule, je repars à regret. Je n’y connais rien en mécanique, rien de rien, vraiment, mais j’aime l’ambiance des vieux garages, les bidons d’huile, les carcasses ouvertes des vieilles bagnoles, l’odeur d’essence et les mains plongées dans le cambouis. J’aurais pu être écrivain mécano comme on est prêtre ouvrier, ou bien agriculteur, dès l’aube dans le champ à remuer la terre, vivre ma foi de l’écriture à l’épreuve du feu, être au plus près des hommes. J’ai choisi autre chose, plus dans mes cordes, croyais-je. Mais quand je partirais, je laisserais quoi ? Peut-être pas même l’équivalent de deux tracteurs.


photo : Sauteyrargues, décembre 2014.


Licence Creative Commons
Flattr this

Norton motorcycle

Norton motorcycle

Une photo par jour : 283 – juillet 2013

Licence Creative Commons

Auto immobile

old car

En allant récupérer ma voiture hier au garage, je suis tombé sur cette vieille auto au fond de l’atelier. Je n’avais pas mon Sony avec moi, et j’ai fait un rapide cliché avec mon téléphone, sous Hipstamatic Oggl, puis Instagram.

Une photo par jour : 264 – janvier 2014

Licence Creative Commons

Un chat, la nuit

Un chat, la nuit

Un chat, la nuitAoût 2013, à Quissac, dans le Gard
Une photo par jour : #122

Licence Creative Commons

Un garage, la nuit

Un garage à Quissac

Un garage, la nuitQuissac, dans le Gard (août 2013)
Une photo par jour : #107

Les néons, pour rien, la station fermée, et personne alentour. Les néons, comme dernier rempart à la nuit. Seul dans l’obscurité, un peu à l’écart, se concentrer sur la photo à prendre.
Une voiture, au loin, qui vient… Grésillement des tubes fluorescents… Un chien qui commence d’aboyer…
Prendre la photo, et une autre encore, lorsqu’un chat sort furtivement dans la lumière. Une photo pour un autre jour.

Licence Creative Commons

Une photo par jour : #99

L'atelier auto

L’atelierUn garage, dans l’Hérault

Licence Creative Commons