London Calling

DSC05752.jpg

Thierry Crouzet s’est lancé un défi : écrire un livre en trois jours, après avoir passé 14 ans sur son Ératosthène, sorti en septembre. En trois jours, ça n’est forcément pas un livre fini, mais au moins un premier jet abouti, comme il l’explique ici.

De retour d’une semaine à Londres, j’ai eu envie de reprendre son idée, et d’écrire très vite un livre court consacré à Londres, sur le modèle du Here is New York d’E. B. White.

Je me suis arbitrairement fixé 7500 mots comme objectif (c’est le nombre de mots du bouquin de White), et 15 jours pour le faire, sachant que je ne peux bosser dessus à temps plein, loin de là.
Je n’ai pas encore de titre, mais une idée assez claire d’où je veux aller (sans forcément savoir comment y arriver !).
Allez c’est parti, avec 667 mots aujourd’hui pour commencer.

Londres, Vauxhall, octobre 2014


Licence Creative Commons
Flattr this

Ératosthène, de Thierry Crouzet (éditions L’âge d’homme)

On sait peu de chose d’Ératosthène, sinon qu’il est né à Cyrène en Libye (alors une colonie grecque), aux alentours de –276 av. J.-C., et mort à Alexandrie, en Égypte vers –194. On sait encore qu’il dirigea la célèbre bibliothèque d’Alexandrie, qu’il fut philosophe et astronome, mathématicien et géographe. On sait surtout qu’il fut le premier à tenter de mesurer la circonférence de la Terre, se trompant de moins de 2000 km.
Si l’on sait peu de chose d’Ératosthène, c’est surtout parce son travail, et l’homme tout entier, marquait une rupture radicale avec ce qui le précédait : il réinventait le monde, ouvrait seul de nouvelles perspectives proprement révolutionnaires. Cela lui valut incompréhension et inimitiés, et dès lors qu’il disparut — et n’ayant pas voulu créer d’école, il partit sans laisser de véritables disciples —, il fut dénigré, d’abord, oublié ensuite.

C’est son histoire que nous raconte Thierry Crouzet dans son nouveau roman, une vaste fable historique qui nous plonge dans une époque mythique à l’origine de notre civilisation, un roman ample et fort bien documenté. Surtout, au-delà de l’histoire d’Ératosthène, il nous propose dans la dernière partie une plongée en avant dans le temps jusqu’à aujourd’hui, qui permet de mieux comprendre comment l’héritage de cet homme absolument visionnaire a été petit à petit redécouvert, et combien son époque, si troublée, n’est somme toute pas si différente de la nôtre. À l’heure de l’Internet et des réseaux, un monde nouveau se met en place dont ne mesurerons pas encore toutes les ramifications, et il nous reste à souhaiter que notre Ératosthène, s’il se manifeste, ne se heurte pas comme son double lointain à l’incompréhension et au rejet de ses pairs, ce qui nous plongerait à nouveau dans 2000 ans d’obscurantisme.
En attendant, la lecture du livre de Crouzet est un salutaire rappel, et un bel hommage à l’un des génies de l’humanité.

Le livre, édité par les éditions L’âge d’homme, est disponible dans toutes les librairies. Signalons aussi que la version numérique propose en plus un journal d’écriture, une chronologie détaillée et une bibliographie. Enfin, sur son blog, l’auteur propose visuels, carte, timeline, etc. qui viennent enrichir un peu plus la lecture.

Licence Creative Commons
Flattr this