Voici la nuit

wordlenov

Les yeux sans amour rêvent de chimères quand arrivent les corps sombres
La nuit après les hommes fait l’espoir impropre
Il n’y a plus de matins sur la ville
Le noir porte seul le souvenir de la carte fantôme


Image : nuage des mots les plus utilisés ici ces derniers jours, réalisé avec l’outil wordle– Texte : improvisation à la lecture de ces mots

Licence Creative Commons
Flattr this

Le troisième amour

abandon

Pour L.

Tu es le troisième amour, arrivée au mitan de ma vie, arrivée tard, c’est vrai, trop tard pour l’insouciance, trop tard pour la folie, c’est vrai ; trop tard pour les courses folles, trop tard pour les départs précipités, trop tard pour les déchirures et les réconciliations violentes, trop tard pour les transports naïfs, trop tard pour les mensonges, trop tard pour la patience, trop tard, bien trop tard pour les années d’innocence données encore à perdre.
Tu es arrivée dans la désillusion et les premières rides, dans le gouffre du temps perdu et le vertige du peu qui nous reste à vivre.
Mais tu es là, tu m’as saisi au vol quand je partais seul, tu es la compagne de mes fortunes et de mes infortunes, tu es mon amante de mille feux, tu es ma raison et mon emportement, ma passion calme, mon désir, tu es mon dernier voyage, tu es mon cœur qui bat et mon stylo qui écrit, la page blanche, le troisième amour, peut-être, mais tu es mon seul amour.


Licence Creative Commons
Flattr this

les yeux ouverts

Chambre 342

dans le noir les yeux ouverts
quelques minutes avant que la nuit ne lâche
je reconnais tout à coup
ce que le jour éclipse de plus doux


Photo : « chambre 342 » – Séville, juin 2014
Licence Creative Commons
Flattr this

Trouver la lumière

DSC04779.jpg

le cerveau électrique
les idées bousculent le clavier
manque encore la lumière

Licence Creative Commons
Flattr this

Parfois j’écris

DSC01133.jpg

Parfois j’écris
Parfois j’écris lentement
Parfois rien

Licence Creative Commons

Flattr this

Souffle #20

9260022141_94bd11dd09_o
Licence Creative Commons

Souffle #19

 

Écrire, c’est voir dans les plus infimes détails la terrible gravité du monde.

Licence Creative Commons