Bernard Comment – Neptune Avenue

Je devine au loin, à travers le voile de brume, la découpe de la skyline de Manhattan, celle de Downtown, sur la gauche, portée vers le ciel par la tour One, la plus haute de toutes, et à droite celle de Midtown et Uptown, plus importante mais moins élevée. J’adore regarder cet horizon, et réfléchir à la ville, à sa folie des grandeurs, à sa rage ascencionnelle, à toute cette condensation de gens, d’argent, de pouvoir. Bijou a raison, il y a trop de tout dans notre monde, on aurait pu faire avec beaucoup moins, depuis deux siècles. C’est l’électricité qui a donné l’énergie nouvelle de consommation éperdue, et d’un coup le monde s’écroule, plus de jus, plus de courant, le silence et l’obscurité. Je devine les arbres, çà et là, tous ces squares et parcs qui irriguent Brooklyn dans son étendue infinie, eux n’ont besoin de rien d’autre que l’alternance de la pluie et du soleil pour traverser les siècles. Ils nous survivront.


Coney Island, l’été, dans un futur proche. Depuis plusieurs jours, l’électricité est coupée. Plus d’avions dans le ciel ni de voitures dans les rues. On ne sait pas pourquoi. Comme un air d’après la fin du monde. Le narrateur, handicapé, est coincé dans son appartement du 21e étage : les ascenseurs sont en panne. Il a fait fortune en Suisse, a tout quitté pour venir ici, à la recherche de lointains cousins. Bijou, une jeune femme qui habite le même immeuble et s’occupe de lui, voit dans les évènements une chance, un renouveau. Qui est-elle ? Leur rencontre est-elle aussi fortuite qu’il voudrait lui faire croire ?
C’est un beau livre que ce Neptune avenue. Un récit onirique, une ode à la littérature, à l’amitié et aux amours indicibles, et, en creux, un hommage discret de l’auteur à son ami Lou Reed.

Neptune avenue, de Bernard Comment est publié aux éditions Grasset. Vous pouvez le commander en ligne ici.



Cet article a paru dans le Midi Libre daté du dimanche 9 juin 2019.

Fragments du dedans, François Bon (éd. Grasset)

9782246806905-X_0Les livres sont faits de mots, les mots des 26 lettres qui font tout notre alphabet.
Vingt-six, c’est le titre d’une toute nouvelle collection des éditions Grasset, qui propose à des écrivains contemporains d’écrire un abécédaire intime et personnel, avec pour seule contrainte l’ordre alphabétique des entrées.
Après François Bégaudeau et Yves Michaud, c’est à François Bon de se frotter à l’exercice.
Avec ces Fragments du dedans, Bon aborde des thèmes qui lui sont chers, et brosse de lui-même un portrait sincère, intime et sans fard. Comme pour Autobiographie des objets (au Seuil en 2012), le livre s’est d’abord écrit en ligne, sur tierslivre.net, son laboratoire d’écriture depuis 1997.
Certaines entrées se résument à quelques lignes, d’autres occupent plusieurs pages, toutes sont d’égale importance : c’est la littérature toujours qui jaillit, sous la frappe rageuse de l’écrivain sur son clavier. « Le beau tremble » écrit-il, « ou bien parce que tu projettes sur lui le tremblement qu’il induit ? »

Licence Creative Commons
Flattr this