Au bord du Rio Grande

Rio Grande

Hier, dimanche, levé tôt et petit déjeuner américain en famille. Bacon de dinde, œufs, toasts, beagles, café et thé à volonté.
Nous sommes ensuite partis pour une longue promenade au bord du Rio Grande, à la recherche de pierres et de fragments de bijoux que les Indiens jettent parfois à la rivière, selon certains rituels.
À un moment, je me suis retrouvé seul avec Bob. Tout en marchant, nous avons parlé longuement de mes enfants et de mon père, disparu l’an dernier. Puis il m’a parlé de sa foi nouvelle en Dieu, qui a fait suite à son cancer, il y a sept ans. Il m’a parlé du voyage qu’il a fait peu après en Israël, et de son baptême dans les eaux du Jourdain. Il m’a demandé si j’avais la foi, mais il connaissait déjà la réponse. Il m’a parlé ensuite d’une école qu’il était parti construire au Mexique avec sa congrégation, et d’autres choses encore.
Nous étions seuls, au bord du Rio Grande, et nous n’étions pas seuls. La montagne devant nous se parait de reflets bleutés. Le fleuve à nos pieds charriait des récits de conquêtes et de territoires, des histoires de guerres, de cowboys et d’Indiens ; il charriait des morts et des drames, charriait des mythes et des rites ancestraux.
Nous n’étions pas seuls : avec nous, dans la lumière, marchaient des fantômes.

Une photo par jour : 200 — Au bord du Rio Grande.
Fragments d’un voyage : Le Nouveau Mexique, octobre 2013

Licence Creative Commons

Requiescat in pace

Je disposais de peu de temps aujourd’hui pour faire des photos, et je suis simplement descendu jusqu’au cimetière  de mon village, misant sur la belle lumière de cette fin d’après-midi. C’est un petit village et un vieux cimetière, et les pierres parlent parfois… Rien de scabreux là-dedans, plutôt un appel à la méditation, sinon à la foi.

———————————-

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 France.