L’arbre du silence

Confiné, certes, mais je travaille toujours. La librairie est fermée, cependant nous proposons le retrait des commandes en magasin. Si vous habitez Montpellier ou pas loin, que vous chercher un livre, c’est par ici pour commander.


En ce moment, le matin, des travaux d’élagage ralentissent la circulation. Alors, quand je suis à l’arrêt, j’en profite pour regarder ce paysage familier que je ne vois pourtant d’habitude qu’en passant, en vision périphérique. J’en prends rapidement une ou deux photos, puis, la fenêtre ouverte, je profite de l’étrange silence d’une route sans voiture.

La vision des arbres m’apaise. L’arbre du silence porte les fruits de la paix, dit un proverbe arabe.


L’Amérique vote aujourd’hui. Ce pays que j’ai tant aimé n’en finit plus de se déchirer. JD Barnes, photographe, documente l’époque. « On dit qu’une photo vaut 1000 mots. J’espère que mes photos sont comme des dissertations écrites », dit-il. Complètement autodidacte (il dit avoir tout appris par la pratique et les tutos glanés sur YouTube), il a commencé comme mannequin, mais n’ayant pas les moyens de se payer un photographe pour constituer son book, il s’achète un appareil bas de gamme et réalise lui-même ses photos. Il perd l’usage d’un œil à la suite d’une infection, et abandonne alors le mannequinat pour se consacrer à la photo de mode, dans laquelle il excelle. 

Mais il brille aussi dans la photo de rue, et chacun de ses clichés est d’une justesse incroyable.

Je suis toujours à la recherche du bon moment pour déclencher l’obturateur de mon appareil. Quelque chose qui aura un impact et qui racontera l’histoire. Il faut simplement être prêt quand les choses prennent tout à coup vie.

Au cours des derniers mois, il est sorti presque chaque jour pour documenter les manifestations. Sans fausse modestie, il a conscience de la puissance de ses photos : 

Ces images iront potentiellement dans les livres d’histoire, lorsqu’on racontera les évènements de 2020. Vous pouvez sentir l’émotion, l’énergie présente dans ces moments-là. C’est mon but avec la photographie : je veux que le spectateur ressente quelque chose. Et s’il ne ressent rien quand il regarde vos photos, c’est, je crois, que vous n’êtes pas un bon photographe.

Truth be told: JD Barnes knows the power of a single shot : l’article au complet est à lire là (en anglais).


Dans la dernière itération de mon infolettre, j’ai proposé une nouvelle fantastique. Si vous n’êtes pas abonné, vous avez cependant la possibilité de la lire en ligne ici. N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez.

Une réflexion sur “L’arbre du silence

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.