Étiquette : haikuyear

  • Tant pis pour le sommeil

    Les yeux clos les mots font sens Tout devient clair Si clair que je m’efface Mes doigts appellent Tant pis pour le sommeil Je me lève et j’écris Le son est faible Une note dans le lointain Mais c’est l’espoir que j’entends Trois textes, extraits du livre L’été entre deux sommeils disponible ici. Photo : […]

  • L’été entre deux sommeils

    — quoi ? y a-t-il encor ce que l’on appelle « les rêves » ? Pierre Vinclair Il me semble, peut-être naïvement, que la poésie parle d’abord au cœur. On m’opposera, tout aussi arbitrairement, l’affirmation contraire. C’est que la poésie est une affaire intime. Elle est le poète mis à nu, qui s’en vient déshabiller celui ou […]