Récits de la grand-route

Hérault

« Quand il est possible d’effectuer en quelques heures la traversée d’un continent qui nécessitait jadis des mois — et sans rien voir : la durée du trajet en voiture ou à pied n’ayant plus d’importance — le temps le plus rapide définit l’endroit. Mais l’idée d’open road dans votre ville, dans votre tête, dans votre propre cellule est une contradiction des termes, et c’est pourquoi l’idée ne peut pas être circonscrite. En tant que réalité, l’open road est maintenant un fantasme ; en tant que fantasme, nous ne nous en détacherons jamais. »
Greil Marcus — Le mythe de l’open Road (in Bob Dylan by Greil Marcus, Galaade éditions)

La route, comme le grand mythe de notre modernité : quand tous les territoires ont été explorés, la géographie cède le pas à la psychogéographie. La dérive, à pieds, en voiture ou en rêve, fait surgir, dans l’épuisement des lieux traversés, d’autres lieux, des formes nouvelles, dont cet ensemble de textes dessine une carte ; le tracé d’un cheminement intérieur.

On en trouvera ICI quelques passages.


Progressivement, certains des textes font l’objet d’une adaptation musicale. En voici deux extraits :

Je suis la lumière

 

Musique & tous instruments : Lilac Flame Son / Texte & voix : Philippe Castelneau
Recording – Lilac Flame Son
Mix – Jesse Nichols – Fantasy Studios (http://fantasystudios.com/)
Master for mp3 – Lilac Flame Son
Montage vidéo : Philippe Castelneau / Footage : The light of Faith — 1922 (Dir. Clarence Brown)


Rêve de Providence


Musique Lilac Flame Son / Texte Philippe Castelneau
Montage vidéo : Philippe Castelneau