l’instant vaudou

Sans titre

Un coup violent porté au foie, et c’est le réveil brusque. Assis dans le lit, tout est calme sauf ma respiration. Dans le rêve ils sont quatre ou cinq autour de lui, deux pour le tenir, les autres qui cognent à tour de rôle. Des coups, il en a déjà pris plusieurs, vu comme il se tient. Du sang coule sur son visage, sombre, épais ; il a les cheveux poisseux, la bouche entrouverte, pas même sûr qu’il sente encore les coups. Le dernier, dans le foie, oui. S’il était ko, ce coup-là le réveille pour de bon, quand lui aurait préféré continuer à glisser doucement vers le noir.

Je l’ai senti le coup, le réveil brusque et pas possible de dormir après ça. Mais ça finit par passer. Tout passe. Les mauvais rêves comme le reste. Rien qui dure ici bas.

La photo prise presque au hasard capture l’instant vaudou, c’est comme un rêve aussi, le dérèglement des sens, la ligne entre les lignes, la folie cachée derrière les visages calmes. La fille possédée par un démon qu’elle est seule à voir, les yeux révulsés, et lui, plongé dans la béatitude, tous les deux ensemble pourtant, arrivés ensemble et ils repartiront ensemble, et la seconde d’après la photo, tout sera comme avant, les apparences seront sauves : ils échangeront un sourire, un baiser, sans s’être rendu compte de rien, sans même avoir senti sur leur visage le voile de la folie. L’instant est passé, trop vite pour que personne ne s’en rende compte. Rien qui dure ici bas.

Le corps, lui, n’oublie pas. Les rêves sont là pour ça, ils sont les souvenirs de nos arrachements mystiques.


Photo : Montpellier, septembre 2015

Licence Creative Commons
Flattr this

La route de nuit

Demande à ceux qui ont enfoui leurs réticences sous le trottoir : nos rêves nous conduisent en enfer, nous glorifions la nuit tant on a mal au jour. Les cauchemars s’adressent à l’âme de ceux qui inventent la route, seuls, submergés de désirs déglingués qu’on retrouve au matin, hésitants.
L’humanité se perd, moi je chante le changement allongé dans ma nuit mentale, nos bouches enlacées de tendresse dans la solitude de nos yeux perdus dans le vague. La route danse parfois, la route secrète où s’avance le verbe, garce résolue qui toujours, toujours ira plus loin que nous. On est seul sur la route, baigné dans la lueur des phares qui font coucher la vie. Qu’importe la démence, nous sommes des enfants fous couronnés de détresse, la folie au fond des yeux c’est le génie de Dieu, notre abstraction commune.
Et dire que dehors, c’est déjà la fin du monde.


La musique dans l’autoradio : Anouar Brahem – Impossible Day (album Souvenance) http://www.anouarbrahem.com/fr/

Licence Creative Commons
Flattr this