Bibliographie

Qui connaît le travail fictionnel de Philippe Castelneau saura retrouver comment il explore ici la même frontière autobiographique, en ce qu’elle est si riche de signes qui valent pour la communauté et ce que tous nous portons, bien au-delà de nous-mêmes et du parcours de chacun – rock, politique, voyage, villes…
— François Bon

Le désenchantement, un recueil de 16 nouvelles noires et fantastiques | 150 pages | 12€


Cliquez sur les couvertures pour lire des extraits ou acheter les ouvrages, en version papier et/ou numérique.

LE DÉSENCHANTEMENT (nouvelles — février 2019) : Seize textes, tour à tour noirs ou fantastiques, microfictions ou nouvelles, et toujours la même obsession : comment vit-on aujourd’hui dans un monde aux repaires fluctuants, quand c’est la loi du marché qui régit jusqu’au plus intime ? On se résigne, jusqu’à perdre ce qui nous reste d’humanité.
mixtape | ミックステープ (série en cours) :
Le vif et le flou. L’esthétique de l’instantané. Faire le point, regrouper et recouper mon travail photographique. Poser mes idées, les structurer en un même endroit. Faire résonner entre elles mes photos, les obliger à se répondre, à raconter une histoire. Écrire, oui, toujours, mais écrire ici avec la lumière plutôt qu’avec de l’encre. Parution aléatoire, pas de plan préconçu, un projet qui répond à l’exhortation qui présida au mouvement punk : Get up and do it !
50_nuances_de_gnra_cover
50 NUANCES DE GÉNÉRATEUR (Poésie — février 2017) :
50 nuances de générateur a pour objectif de se réapproprier les mots, de tordre le texte pour y réinjecter de la littérature.

Le principe en est simple :
1. générer un fragment aléatoire, en anglais, inspiré du livre 50 nuances de Grey
2. faire traduire le passage en français par Google
3. passer le résultat obtenu dans une machine à cut-up
4. Réécrire le texte
5. Répéter l’opération 50 fois

lt_entre_deux_som_cover
L’ÉTÉ ENTRE DEUX SOMMEILS (Poésie — février 2017) :
253 haïkus sans rime ni raison
De juillet 2015 à juillet 2016, j’ai publié chaque jour sur twitter un texte d’inspiration poétique, sous le mot clé #haikuyear. L’ouvrage en reprend 253.

cover-castelneau-13
L’APPEL DE LONDRES (2015, éditions Publie.net) — L’appel de Londres est à la fois géographique et musical : au prétexte d’une visite de quelques jours, Philippe Castelneau élabore un journal de ses déambulations londoniennes. Mais les villes que l’on arpente sont nappées de souvenirs, et l’écriture se mélange aux récits de l’enfance, de l’adolescence, au saut dans le vide de l’âge adulte. À l’instar d’un certain Docteur bien connu, Philippe Castelneau sonde le temps et l’espace, invoque Dylan Thomas et Sid Vicious, croise Alan Moore et les Beatles, se souvient d’Oscar Wilde et des Smiths. La ville elle-même est une errance : arpenter Londres et c’est Tokyo qu’on revoit, c’est Paris qu’on respire, Manchester qu’on fredonne.
chaosHD
LA GRAMMAIRE DU CHAOS (2014, épuisé) — Jeune femme sans problèmes, Camille Desjardins voit sa vie basculer lorsqu’elle rencontre le mystérieux magicien Amalbert. Un monde nouveau s’ouvre à elle, un monde aux possibilités infinies, mais le chemin qui y mène est semé d’embûches. Le bien et le mal ne sont pas toujours là où l’on croit et il lui faudra déjouer de nombreux pièges pour atteindre à l’illumination. Aidée d’Adam, qui l’aime en secret, Camille part à la recherche d’un savoir qui la dépasse, au travers de ce récit initiatique et kabbalistique qui, en révélant des secrets enfouis depuis la nuit des temps, est aussi l’histoire d’un amour impossible.
VOTRE PROFIL PLAÎT DÉJÀ BEAUCOUP (2013, épuisé) —Après une déception amoureuse, Étienne se laisse convaincre par son ami Manu de s’inscrire sur un site de rencontre. Les aventures d’un soir, drôles ou pathétiques, succèdent aux histoires sans lendemain, laissant notre héros de plus en plus perplexe, jusqu’au jour où il fait la connaissance de Juliette. Mais Juliette est une femme libre qui refuse de s’engager, et il lui faudra jouer de persévérance pour la convaincre de lui laisser une chance. Dans le même temps, Flore entre dans la danse, et si Flore aime Étienne, lui aime Juliette en secret.

Revues & ouvrages collectifs :

ÉTOILES D’ENCRE n°77/78 (éd. Chèvre-feuille étoilée) : En librairie le 29 mars 2019, le nouveau numéro de la revue Étoiles d’encre s’articule autour du thème « la cité ». J’y publie une photo, en illustration d’un très beau texte de mon amie Françoise Renaud. Étoiles d’encre est diffusée et distribuée en librairie par Difpop/Pollen.
JE VOUS PARLERAI D’UNE AUTRE NUIT (2018, Tiers Livre Éditeur) : Dire la ville, celle d’aujourd’hui, celle de toutes nos mémoires. Explorer avec les auteurs d’aujourd’hui tous les modes possibles de récit, se les approprier. Tout cela en ligne, dans une expérience collective qui a duré tout un été. Et puis, pour finir, aborder l’inconnu : la nuit même de la ville. Quatre-vingts auteur.e.s, autant de villes, une seule nuit.
UNE HISTOIRE PARALLÈLE DU CINÉMA (2018, Tiers Livre éditeur) : «J’ai trois souvenirs d’école», écrit Georges Perec dans son grand livre W. Mais lui-même, déjà, dans son adolescence, était tout pétri de films et de salles. Alors tous ensemble reprendre l’enquête. En fouillant nos propres souvenirs de film, assembler comme une histoire parallèle d’où le cinéma forge et nous-mêmes et les époques successives qui sont les fantômes du présent.
ON NE PENSE PAS ASSEZ AUX ESCALIERS (2017, Tiers Livre Éditeur)
89 contributions, émanant de plus de 70 auteur.e.s, pour bâtir un roman-escalier, un livre qui ne soit plus qu’un escalier continu, géant, rempli de souvenirs, de peurs et de rêves. Et, surtout, de langue poussée elle aussi à ses limites, ce qu’elle offre d’explorations et de labyrinthes.
Avec une postface de François Bon.

DANS DES MAISONS INCONNUES — Au terme de l'atelier d'écriture en ligne proposé sur Tiers Livre durant l'été 2016, une idée prise à Christian Garcin : «entrer dans des maisons inconnues» (son livre éponyme, Finitude, 2015). 58 contributeurs vont proposer un de ces voyages où le réel, le souvenir, l'expérience, se hissent à un même imaginaire collectif. Lisant ces textes, une évidence: ils constituaient, à eux tous, un nouveau roman et il fallait aller jusqu'au bout, donc l'éditer. (François Bon)
DANS DES MAISONS INCONNUES (2016, Tiers Livre Éditeur)
Au terme de l’atelier d’écriture en ligne proposé sur Tiers Livre durant l’été 2016, une idée prise à Christian Garcin : «entrer dans des maisons inconnues» (son livre éponyme, Finitude, 2015). 58 contributeurs vont proposer un de ces voyages où le réel, le souvenir, l’expérience, se hissent à un même imaginaire collectif. Lisant ces textes, une évidence: ils constituaient, à eux tous, un nouveau roman et il fallait aller jusqu’au bout, donc l’éditer. (François Bon)
lendemains-03
LENDEMAINS DE FÊTE (2015, édition Publie.net)  — Partant de la nouvelle de Richard Brautigan « Qu’est-ce que tu vas faire de 390 photos d’arbres de Noël ? », Gaétane Laurent-Darbon et Pierre Ménard ont lancé un appel à photographier des sapins de Noël abandonnés dans la rue au lendemain des fêtes de fin d’année. L’ouvrage collectif reprend un certain nombre de ces photos (dont la mienne), en regard de contributions de plusieurs auteurs (François Bon, Mathieu Brosseau, Mitch Cullin, Jean-Marc Flahaut, Arnaud Maïsetti, Pierre Ménard, Eric Pessan, Thomas B. Reverdy, Joachim Séné, Pascal Simon, Lucien Suel, et Thomas Vinau).
cover
I LOVE EBOOKS (2013, ONLIT Éditions) — est une compilation de témoignages et de récits de fiction sur les pratiques de la lecture numérique.  On y retrouve de « simples lecteurs » mais aussi des blogueurs, des journalistes, des performers (Antoine Boute), des écrivains (Grégoire Polet, Jacques Mercier, Justine Lalot, Milady Renoir…), des jeunes, des vieux, des bienvoyants, des malvoyants… Tous passionnés de lecture ! Nous voilà donc loin des chiffres et des statistiques habituelles, mais bien – pour notre plus grand plaisir – dans ce quelque part où s’agite l’imaginaire littéraire aujourd’hui.

BorgesProjet
BORGES PROJET est un projet interactif du site http://www.jptoussaint.com. Dans La Vérité sur Marie, Jean-Philippe Toussaint évoque une nouvelle de Borges, L’île des anamorphoses. En voici l’argument : « L’île des anamorphoses, cette nouvelle apocryphe de Borges, où l’écrivain qui invente la troisième personne en littérature finit, au terme d’un long processus de dépérissement solipsiste, déprimé et vaincu, par renoncer à son invention et se remet à écrire à la première personne.» Toute trace de cette nouvelle captivante semble s’être évanouie. Pourquoi ne pas la réécrire ? Ou imaginer son destin ?
Ma version est à lire en cliquant sur le bandeau ci-dessus.
Depuis 2013, plusieurs textes publiés dans LA REVUE TIERS LIVRE (anciennement nerval.fr), créée et animée par François Bon, à lire en ligne en cliquant sur le bandeau ci-dessus.

Depuis l’été 1984, quand Yvan Marie a bien voulu publier mon premier article dans les pages du superbe SCARCE n° 7, et jusqu’en 2006, j’ai (avec plus ou moins de régularité) collaboré à plusieurs revues professionnelles ou semi-pro : articles, interviews et traductions, sur les comics principalement, et le cinéma fantastique.

De juin 1996 à février 2000, j’ai créé et animé un fanzine consacré aux comics, au rythme de parution erratique, distribué aléatoirement et gratuitement : Splash Page. Si l’aventure était empreinte d’amateurisme, j’en garde un très bon souvenir, au moins pour les rencontres qu’elle m’aura permis de faire.

On trouvera trace de tout cela ici.


REVUE LA PISCINE (Éditions La Cyprière) :

Co-fondée par Christophe Sanchez, Alain Mouton, Louise Imagine et Philippe Castelneau, La Piscine est une revue graphique et littéraire, en diptyque et tête-bêche.
Deux côtés, une face A et une face B à retourner comme nos beaux vieux disques vinyles.

Ça commence comme ça, par une rencontre un soir de juillet. Parce que la maison est en travaux, et parce qu’il fait beau, nous sommes dehors, assis au bord de la piscine, entourés de cyprès. La nuit tombant, la seule lumière dont nous disposons est celle des spots aux couleurs changeantes qui éclairent l’eau par en dessous. Il y a comme de la magie dans l’air. C’est une belle soirée, et c’est une belle idée. C’est aussi, d’abord, une belle histoire d’amitié. Six mois plus tard, pari tenu : le sommaire du premier numéro de La Piscine est bouclé.

Le n°0, sur le thème « H2O », est sorti en février 2016 :

Le n°1, sur le thème « l’âme des lieux sans âme », est sorti en novembre 2016 :
  

Le n°2, sur le thème « incidences coïncidences », est sorti en octobre 2017 :
  

Le n°3, sur le thème « l’éternel et l’éphémère », est sorti en octobre 2018 :
  


Expositions photos :

Centre Pompidou (Forum 1, Paris) — 5 au 9 septembre 2018
Exposition collective « Littéra-Tube », une proposition de Gilles Bonnet, Erika Fülöp et Gaëlle Théval. L’ensemble des vidéos projetées pendant l’exposition sont à retrouver ici.

La Galerie Z (6, rue des Soeurs noires, 34000 Montpellier) — mars 2018
Exposition collective autour de la revue La Piscine

Librairie Sauramps Odyssée (Montpellier) — 9 mars-30 avril 2017
Exposition collective autour de la revue La Piscine, en compagnie de Louise Imagine et Alain Mouton

La Galerie Z (6, rue des Soeurs noires, 34000 Montpellier) — février-mars 2017
Exposition collective autour de la revue La Piscine, en compagnie de Astrid Waliszek, Louise Imagine et Alain Mouton

Fotofever (Carrousel du Louvre, 75001 Paris) — novembre 2015
Exposition collective – stand Wipplay

Boutique MERCI (111, boulevard Beaumarchais, 75003 Paris) — octobre 2015
Galerie éphémère Wipplay, exposition collective